2019.12.03 – RÉUNION INTER USAGERS IDF

Étienne et Patrice ont représenté le collectif lors d’une réunion inter-usagers montée par l’association RER D Val de Seine. Pendant 3 heures, les représentations d’associations d’usagers ont discuté des problèmes communs à toutes les lignes, échangé sur les particularités locales et entamé une réflexion sur des modes d’actions.

I – TOUR DE TABLE

1. Associations et collectifs d’usagers des transports du sud Ile-de-France
RER D Val de Seine

LIGNE D : deux problèmes essentiels :

1/ Etoile de Corbeil et la coupure de la ligne

2/ Tunnel de Châtelet (commun RER D et RER B) – 32 trains par heure qui n’arrivent jamais à passer.

ADUMEC (RER D)

Recours juridique contre le SA 2019 de la ligne D – mais gros problème de conflit d’intérêt avec Stéphane Beaudet, IDFM, qui défend le SA 2019.

D-très insuffisant (RER D)

Agit un peu comme une association de défense de consommateurs, en défendant les cas particuliers d’usagers à base de recours juridiques (estimation de leurs indemnisations). Grande pratique du juridique. L’association est subventionnée par les communes du secteur.

SADUR (RER D)

Constate le même problème de rupture de charge à Corbeil & Juvisy. Demande à ce que les avancées profitent à tout le monde : améliorer la ponctualité sans pour autant renoncer aux trains directs, au confort et sans allongement de temps de parcours.

Collectif des usagers de la ligne R (ligne R)

Rappelle la tenue des états généraux sur la ligne en janvier. Le matériel bientôt commun avec la ligne D, sans toilettes, est inacceptable. La nécessité absolue du terrier de Bercy. Les trois volets Information, Ponctualité, Confort.

CODUT (ligne R)

Rappelle les problèmes de pannes récurrents, dépannages de fret mal gérés, problèmes de correspondances à Melun, conflits de circulation avec le fret. Demande un détournement par la R bis et des arrêts exceptionnels à Champagne sur Seine pour délester la ligne principale en cas de problème.

COURB (RER B)

Essentiellement le sud de la ligne B. Zone en plein développement économique et démographique alors que les trains sont toujours à un seul niveau (c’est la deuxième ligne la plus fréquentée d’Europe !) Pas de rames à deux étages prévues avant 2029. Demande le doublement du tunnel de Châtelet (tronçon commun avec la D – 32 trains par heure). Souffre de la priorisation politique du Charles de Gaulle Express. Amélioration horaires à partir de septembre 2020. Gros travaux notamment l’été, extrêmement impactants. Problème : le réseau Grand Paris Express vient se poser sur l’infrastructure du RER B. Il faut revaloriser l’existant.

Demande à ce que les alternatives d’associations d’usagers soient prises au sérieux et chiffrées.

2. Autres associations (autres secteurs ou autres zones géographiques)
Essonne Nature Environnement

Regrette que le transport quotidien soit sacrifié au profit du Grand Paris Express.

43 millions de déplacements en IDF en augmentation chaque année. Or les nouvelles lignes en projet ne désengorgeraient pas le réseau. Alerte : l’IDF ne peut plus accueillir autant d’emplois et autant d’habitants.

Rupture de charge RER D => on perd la notion historique de RER, faisant la liaison entre deux banlieues via Paris intra-muros. Temps de transports qui s’allongent de plus en plus. Tout financement est pour la métropole au détriment de la grande couronne. Dénonce le fait que de nouvelles lignes sont projetées dans zones non construites / rurales alors que la grande couronne est mal desservie.

Problème de la correspondance de la ligne de métro 15 : les gares de RER choisies ne sont pas adaptées, elle n’ont que deux voies.

L’antenne de Juvisy de cette association lutte contre le tramway T7 qui s’arrête à Athis Mons (3,7 km de Juvisy). Il a vocation à être prolongé jusqu’à Juvisy pour rejoindre les pôles Orly et Rungis – mais le coût est pharamineux et désastreux pour l’environnement. Énormément d’abattages d’arbre pour créer la tranchée du tunnel pour relier Juvisy. Implique la destruction d’un parc à Juvisy. 4 ans de travaux. 3,7 km pour 250 millions d’euros. Autres solutions proposées par l’association : le bus articulé électrique ou hydrogène, moins coûteux, plus rapide à mettre en place

PLUS DE TRAINS (ligne L, mais travaille aussi sur d’autres lignes)

Le sujet de la grande couronne nous rassemble tous. Trop de difficultés en bout de ligne. Grande couronne : moins de trains, plus de correspondances, des trajets qui se rallongent. Élus : que faites-vous pour la grande couronne ???

FNAUT

Gère les problèmes de tarification – se centre sur des sujets où il n’y a pas d’autres associations. Dénonce le fait que l’on passe en IDF d’une situation où il n’y avait pas de projet à une situation où il y a plein de projets dont beaucoup non pertinents => gros mur budgétaire. SNCF Réseau n’arrive pas à tenir les projets. La grande couronne n’a pas été suffisamment représentée. Mauvais choix dans les gares de correspondances.

II – ÉCHANGES DIVERS ENTRE LES ASSOCIATIONS

RER D Val de Seine insiste sur le fait que l’État et les élus régionaux (notamment présents à IDFM) agissent sans concertation avec les usagers. Souligne l’importance de reprendre la main face à IDFM, qui est aujourd’hui sous influence de RATP / SNCF. Évoque les soucis de conflits de circulation. Demande des moyens de maîtrise d’ouvrage. Plus de moyens pour la grande couronne.

Collectif ligne R souligne le fait que IDFM / SNCF se sert des associations d’usagers comme caution validante, alors qu’en réalité ces associations n’adhèrent pas aux solutions proposées.

RER D Val de Seine insiste sur la nécessité de crier son mécontentement et souligne la nécessité de s’unir.

UASPS Collectif de Saclay – s’oppose aux lignes 17 et 18, projets démesurés, des métros au milieu des champs. Des lobbies s’intéressent au Grand Paris Express car plus intéressant technologiquement alors que la priorité devrait être la régénération de l’existant.

La Vignette Du Respect – déséquilibre entre petite et grande couronne = désertification économique de la Grande Couronne.

III – LE RÉSUMÉ DU COLLECTIF

1. Problématiques et revendications entièrement partagées :

1/ Priorité à la grande couronne (banlieue lointaine / partie provinciale de l’IDF)

2/ Priorité à la régénération des infrastructures existantes plutôt qu’à la création de nouvelles qui viennent charger encore plus les infrastructures existantes

3/ Stop à la concentration des emplois et des habitations (programmes immobiliers) – Stop à l’hypercroissance démographique et économique de la région que les infrastructures ne supportent plus (manque de place, problème environnemental)

4/ IDFM n’écoute pas assez les associations d’usagers. La RATP et la SNCF ont systématiquement le dernier mot par rapport aux associations d’usagers, alors que celles-ci qui proposent des projets plus pertinents et parfois moins onéreux

5/ Demande l’abandon de certains projets coûteux du grand Paris, défendus par des lobbies peu représentatifs (l’ensemble des associations semble favorable à l’abandon des lignes 17 et 18 du métro, car l’impact environnemental et financier est beaucoup trop important par rapport aux potentiel d’usagers touché)

6/ CONFLITS DE CIRCULATION : priorisation des circulations voyageurs IDF par rapport au fret et aux circulations nationales notamment

7/ Prise en compte de la notion de correspondance en Ile-de-France (meilleure gestion de celles-ci sur l’ensemble des lignes)

2. Particularités locales

Nous pensons au collectif que doivent s’ajouter des particularités et des grands projets favorables a plusieurs lignes :

– Terrier de Bercy commun à R & D & Intercités & TER

– Doublement du tunnel Châtelet Gare du Nord commun aux lignes B et D (le plus chargé d’Europe)

– Renoncement à l’Etoile de Corbeil qui coupe les branches de la D avec de nouvelles correspondances mal gérées. Retour à la situation d’avant 2019 avec une régénération des infrastructures pour supporter les croisements à Corbeil et Juvisy

– Équipement en rames à deux étages de la ligne B (la deuxième ligne la plus chargée d’Europe en fréquentation)

3. Les moyens de se faire entendre :

– Exemple du collectif des usagers de la ligne R avec les États Généraux pour placer un échéancier et reprendre la main sur les projets structurels de transports en Ile-de-France, mais cette fois-ci au niveau régional (viser les élections régionales et non municipales)

– Tout type d’action forte (« invasion des gares », blocage des voies TGV, blocage des programmes immobiliers, manifestations devant des lieux symboliques).

Une réflexion sur « 2019.12.03 – RÉUNION INTER USAGERS IDF »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *